Culture et territoire

L’un des territoires les plus fascinants et, à bien des égards, les plus caractéristiques et hospitaliers du Belpaese est le « Tacco d’Italia », le Salento, circonscrit entre la mer Adriatique et la mer Ionienne.

Inclus dans les territoires des provinces de Lecce, Brindisi et une partie de celui de Taranto, la péninsule de Salento est une explosion de couleurs, de goûts, d’atmosphères et de cultures millénaires qui ont fusionné pour donner vie à une belle terre chargée d’histoire.

Le territoire est essentiellement plat, la « plaine messapienne », avec quelques collines basses au nord, représentées par la « Basse Murge » et au sud, la « Serre salentine ».

Un territoire dont le climat méditerranéen humide a favorisé une activité agricole florissante pendant des siècles, avec un paysage caractérisé par des oliviers centenaires divisés en parcelles séparées par des murs en pierre sèche typiques, à l’intérieur desquels ont été construits les «pajare», des bâtiments en pierre plus proches Sarde que les trulli typiques des Pouilles présentent un peu plus au nord.

Le Salento a été colonisé dans l’Antiquité par les Messapians, une population d’origine grecque qui est restée pendant des siècles en conflit avec les « cousins » de l’ancienne ville grégo-spartiate de Tarente, qui l’ont finalement développée, y fondant des avant-postes militaires.

L’arrivée des Romains à Messapia, « la terre entre les deux mers », a apporté de nouvelles routes, de nouvelles villes et de nouveaux ports, y compris celui de Brindisi, qui est devenu particulièrement important pour les destinations en Grèce et à l’Est.

À l’époque médiévale, le territoire était donné en fief par les Lombards et les Byzantins, ainsi que par les Sarrasins, qui s’installèrent dans la région pendant des périodes plus ou moins longues.

Avec l’arrivée des Normands, le Salento, qui prend le nom de « Terra d’Otranto », s’enrichit de centres prestigieux, dont la ville de Lecce, devenue rapidement le centre le plus important de la péninsule et le siège du Royaume. de Frédéric II de Souabe.

D’autres villes, telles que Brindisi et Oria, ont également été profondément touchées par les changements apportés par les Souabes, avec l’expansion des forteresses existantes et la construction de nouvelles structures défensives pour lutter contre les incursions de plus en plus fréquentes des Sarrasins.

Alors que les luttes pour le pouvoir sur le territoire dominaient des siècles de succès, y compris guerres, destructions, sièges et mariages arrangés, sous la domination aragonaise, des centaines de tours de guet enrichissaient la côte de Salento afin d’empêcher les incursions des pirates turcs aux années 1500.

À partir de ce siècle, même s’il est devenu marginal dans les stratégies des souverains espagnol et bourbon, le Salento a connu une période d’activité artistique et culturelle florissante, notamment à Lecce, qui est devenu l’un des centres les plus importants du baroque italien.

Même la campagne de la péninsule, bien que dans beaucoup de ses parties encore marécageuses et paludéennes, ils ont vu changer sa structure rurale avec l’avènement du latifundia; la récupération du territoire avec la conquête définitive des terres pour l’agriculture n’arrivera cependant que pendant la période fasciste.

Parmi les principales caractéristiques qui identifient le territoire du Salento, le plus important est certainement le paysage architectural, qui fait référence à celui des villes grecques pour la prédominance absolue des maisons blanchies à la chaux, sans toit, en particulier dans les villes de la campagne et du littoral.

Les centres historiques sont plutôt caractérisés par le baroque typique de Lecce, qui identifie les façades extérieures des églises et des bâtiments transformés à l’aide de la pierre locale typique, avec une couleur jaune chaud, ce qui les rapproche de nombreuses tapisseries sculptées.

La structure urbaine de nombreux centres historiques des villages du Salento, à la fois maritimes et intérieurs, est caractérisée par des maisons blanches adossées les unes aux autres, avec des encadrements de portes et fenêtres de couleurs irisées typiques de la région méditerranéenne, avec des ruelles étroites où ils se détachent ça et là les « cours », les palais nobles et les églises en pierre de style baroque.

L’ensemble du territoire est contenu par ses côtes, larges et sablonneuses surtout sur la mer Ionienne, aux eaux bleues transparentes; la partie surplombant l’Adriatique est plutôt plus rocheuse, avec des falaises spectaculaires surplombant la mer.

Le tronçon de la côte du Salento comprend de nombreux centres qui sont aujourd’hui d’importantes stations balnéaires, destination d’un massif non seulement du tourisme italien qui représente l’une des ressources économiques les plus importantes du territoire.

Les étendues d’oliviers à la campagne, souvent centenaires, insérées entre autres par la FAI dans la liste des cent lieux à sauver d’Italie sont tout aussi importantes pour l’économie que pour la beauté du paysage.

Inutile d’énumérer les villes du Salento pleines de charme et de beauté artistique, avec le risque d’en oublier certaines; partout où vous êtes kidnappé par la beauté des lieux et par l’atmosphère qui y règne, comme celle que l’on trouve dans les innombrables églises médiévales de l’âge basilien, contenant souvent des fresques d’une beauté remarquable, ou à l’instar des différents châteaux, tours d’observation et masseries dispersés un peu partout dans la région du Salento.

Parmi les nombreuses traditions dont la population locale est fière, celle de « taranta » ou « pizzica » est peut-être la plus importante; la musique et la danse à des rythmes frénétiques et presque hystériques qui conquièrent le public, qui reste presque toujours impliqué émotionnellement et « physiquement ».

Redécouverte ces dernières années, cette forme musicale particulière, maintenant dépourvue de ses connotations anthropologiques traditionnelles, a pris la dimension du phénomène culturel et est devenue l’élément le plus caractéristique du Salentin, presque comme une marque.

La gastronomie du Salento n’est pas moins, caractérisée par de nombreux plats typiques, principalement à base de poisson et de légumes, ainsi que par ses grands vins Primitivo di Manduria, Negroamaro et Rosato del Salento, ainsi que par la culture d’olives et donc la l’huile, qui a une tradition ancienne.

De nombreuses initiatives folkloriques que chaque pays organise au cours de l’année, dont beaucoup à l’occasion de célébrations religieuses, aimées par une population particulièrement pieuse, mais également liées aux traditions typiques de la région de Salento; Parmi les plus importants figurent le Festival du film européen, le Festival du film de Salento et la Notte della Taranta, pour ne nommer que ceux-là, qui attirent de manière internationale un attrait extrêmement important en termes de nombre de spectateurs et de qualité des spectacles.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *